Festival Dream City du 30 septembre au 9 octobre  ·  Programme complet en ligne  ·  Billets disponibles en ligne sur notre site et aux guichets du Théâtre Municipal de 9h à 19h

Sommet Between Land and Sea

Vues du port : escales et refuges, circulations et relégations en Méditerranée

Quand et où ?

3 oct.de 10h à 13h

3 oct. de 15h à 18h

4 oct. de 10h à 13h

4 oct. de 15h à 18h

Tourbet Sidi Boukhrissan

Distribution +
Production +
Partenaires +

Le festival Dream City se distingue par sa méthodologie singulière : inviter des artistes tunisiens et internationaux à inventer et créer contextuellement en s’engageant avec la cité et ses habitants.


Ainsi, il aborde et traite les réalités sociales et politiques de Tunis dans un contexte mondial fragile. Des thématiques telles que les migrations humaines, la question de la démocratie & de la citoyenneté, le vivre-ensemble, les droits humains mais aussi les questions relatives à la gouvernance, aux crimes environnementaux, à la mémoire, etc. sont au coeur de ce festival à part.


Lors de cette prochaine édition, Dream City organise le sommet Between Land and Sea, les 3 et 4 Octobre 2022 à Tunis dont le thème sera :


Vues du port : escales et refuges, circulations et relégations en Méditerranée.




>>SOMMET BETWEEN LAND AND SEA 

co-dirigé par Leyla Dakhli et Adnen El Ghali



Dans une Méditerranée transformée régulièrement en cimetière, il semble que cette mer ne puisse être traversée que par des logiques de violence et des itinéraires de la fuite et du tremblement. Elle est pourtant aussi un espace commercial, traversé et parcouru par des marchandises, traversé et parcouru par des bâtiments militaires également. Lorsque le Canal de Suez s’est trouvé bloqué par l’un de ces gros cargos, le monde entier s’est mis à compter les pertes commerciales provoquées par cet engorgement.


La Méditerranée est un flux multiforme. Dans cet espace traversé de tensions, il nous a semblé qu’il était peut-être temps de s’attarder un peu, de trouver des bouées et de penser à partir de ces lieux de départ, d’arrivée que sont les ports. Les ports sont peuplés et hantés de présences inscrites dans le territoire, par les liens qui s’établissent avec un hinterland et par les peuples qui s’y sont succédés, les mondes sociaux qui en ont dérivé : infrastructures, marchés, habitations, cosmopolitismes, relations avec d’autres ports proches ou lointains. Ils tracent des géographies concrètes et des liens plus imaginaires, des solidarités et des conflits.



>> PROGRAMME DU SOMMET



                    > 3 octobre 2022 10.00 - 13.00 


Panel 1 : Fantômes des ports : Le port-porte ouverte : Le port et la ville, prolongement ou extraterritorialité ?


Le port de Tunis est un territoire mouvant, qui s’est déplacé au fil des transformations de l’écosystème fragile qui le porte, et au fil des transformations politiques. Des ports puniques, œuvre magistrale qui est conservée dans l’écrin du golfe à l’ensemble industriel qui s’appelle aujourd’hui zone portuaire et est actuellement gérée par l’Office de la marine marchande et des ports dans la zone de La Goulette-Radès, des mondes se sont déployés, laissant à leur suite des présences fantomatiques. C’est à partir de son territoire et de ses transformations que peuvent se penser et se comprendre d’autres changements qui ont affecté la ville, et la région de manière plus générale. Il est des histoires qui peuvent faire revivre des liens, aider à comprendre les mutations des espaces et des gens, l’inscription, l’effacement et les traces de certains paysages visuels et sonores, de certaines odeurs qui caractérisent ces espaces de l’entre-deux.


Adnen El Ghali (Tunisie) : Modérateur - architecte, urbaniste, diplômé en sciences politiques et titulaire d’un doctorat en histoire.


Eric Corijn (Belgique) : Keynote - Philosophe de la culture et sociologue, professeur en Etudes Urbaines à la Vrije Universiteit Brussel.


Panelistes 


Hicham Bouzid (Maroc) : Cofondateur de Think Tanger. Hichem Bouzid est un opérateur culturel et curateur indépendant. Il a collaboré, depuis 2010, avec différentes organisations artistiques et culturelles au Maroc et à l'étranger.


Wolette Thiam (Sénégal) : Architecte et urbaniste, diplômée en 2010 de l’Université de Brasilia, spécialiste en morphologie urbaine et matériaux de construction. Depuis 2017, Thiam est chargée de la Planification urbaine, de la conformité et des validations pour les nouvelles villes de Diamniadio et Lac Rose.


François Gruson (France) : Architecte, Docteur en architecture et Professeur à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-Malaquais où il dirige le département Monde(s) en Mutation. Gruson est Co-gérant OPERA Architectes à Paris. Fondateur et président de La Fabrique au Sénégal.


Safa Cherif (Tunisie) : Architecte diplômée de l'Ecole Nationale d'Architecture de Tunis, avec plus de 9 ans d'expérience au sein de plusieurs institutions nationales et organismes internationaux.  Cherif est membre de l'association Edifices et mémoires.




                   > 03 octobre 2022 15.00 - 18.00 


Panel 2 : Récits et imaginaires, se souvenir et inventer de nouvelles mythologies - Un espace des luttes pour la dignité


Les ports permettent de construire des récits, ils sont des lieux dans lesquels on recueille des histoires, on fait circuler des rumeurs. Dans cet espace qui peut apparaître comme chaotique et qui est pourtant fondé sur des règles précises et des manières de faire élaborer au fil des ans, il y a du sens. Il ne se résume pas à une vision idéalisée de la coexistence des diversités ou d’un cosmopolitisme mal compris, il est également un lieu d’expérimentation des fractures et des hiérarchies sociales, un lieu de luttes.


Leyla Dakhli (Tunisie) : Modératrice - historienne, spécialiste de l’histoire intellectuelle et sociale du monde arabe contemporain.


Jocelyne Dakhlia (Tunisie/France) : Keynote - Historienne du Maghreb et de la Méditerranée. Elle travaille actuellement à un livre sur les Harems sultaniens et la question du despotisme. Elle a conduit des recherches sur les langues et sur les interrelations historiques en Méditerranées. 


Panelistes


Layla Baamara (Algérie) : politiste, spécialiste de l'engagement et des mobilisations en Algérie. Elle est chercheuse à l'Institut de recherche sur le Maghreb contemporain à Tunis, chercheuse associée au projet ERC Drafting and Enacting the Revolutions in the Arab Mediterranean (Dream) et au Centre méditerranéen de sociologie, de science politique et d’histoire (Mesopolhis) de l'université Aix-Marseille. 


Youssef El Chazli (Egypte) : maître de conférences en sociologie à l’Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis. Ses recherches portent sur les mobilisations protestataires, les projets d’infrastructure et les politiques de la nature. 



                  > 04 octobre 2022 10.00 - 13.00


Panel 3 : De quoi la Méditerranée est-elle la frontière ?


Il n’est pas si simple de répondre à cette question si l’on ne croit pas à l’idée d’une naturalité des frontières. Si la mer est une barrière naturelle, elle est tout autant un moyen de circuler et de relier des espaces. Pourtant les territoires de la Méditerranée du sud et de l’est sont devenus des espaces de franchissement dans un monde de murs, de frontières et de camps.

- Les ports-camps : état des lieux des espaces d’enfermement dans les ports de Méditerranée ?  

- Sud-nord/nord-sud : dans quel sens vont les migrants ? écrire l’histoire des migrations par les suds, porter le regard vers les territoires vidés de leur population par les migrations ; voir surgir les frontières réelles, qui descendent vers le sud, et aussi se souvenir que la migration n’est pas toujours allée dans le même sens. 


Leyla Dakhli (Tunisie) : Modératrice - historienne, spécialiste de l’histoire intellectuelle et sociale du monde arabe contemporain.


Panelistes


Ahlam Chemlali (Danemark-Maroc) : Titulaire d'un doctorat au DIIS - Institut danois d'études internationales et au département de politique et de société de l'université d'Aalborg. Ses recherches portent sur les effets locaux de l'externalisation européenne en Afrique du Nord.


Farida Souiah (Algérie) : enseignante-chercheuse en science politique à l'emlyon business school.  Elle a obtenu son doctorat en science politique à Sciences Po Paris (2014) et a été chercheuse en postdoctorat à l'Université de Lausanne (2014-2017) et à Aix-Marseille Université (2017-2020). Ses travaux de recherche portent sur les migrations, les politiques migratoires, et les mouvements sociaux en Algérie et en Tunisie.


Alfonso Campisi (Italie) : Académicien, professeur des universités en Philologie Romane et Italienne à la Faculté des Lettres des Arts et des Humanités de l’Université de la Manouba (Tunisie) ; Professeur de la première Chaire au monde de Langue et Culture Siciliennes ; auteur de Mémoire et contes de la Méditerranée : l’émigration sicilienne en Tunisie XIX et XX siècles (Tunis, 2016).  


Valentina Zagaria (Italie) : anthropologue basée à Tunis, travaillant sur les questions de frontières, de migration et de changement politique.  Valentina est également la fondatrice de la compagnie de théâtre Senza, avec laquelle elle écrit et met en scène du théâtre ethnographique.




                 > 04 octobre 2022 15.00 - 18.00


Panel 4: Espaces en lisière et en crise


En lisière, le port se situe sur un territoire fragile, fragilisé encore par les infrastructures lourdes qu’il installe. Dans un monde menacé par des grandes transformations écologiques, où la question de la souveraineté alimentaire, de la raréfaction des ressources en eau devient de plus en plus criante, que peut-on apprendre à partir de cette lisière ?

- des mobilisations prises dans les rets de la crise écologique/économique/politique.


Adnen El Ghali (Tunisie) : Modérateur - architecte, urbaniste, diplômé en sciences politiques et titulaire d’un doctorat en histoire.


Panelistes

 

Marine Calmet (France) : Avocate de formation, juriste en droit de l’environnement et des peuples autochtones, porte-parole dans l’Hexagone du collectif “Or de question” opposée au projet « Montagne d’or » et à l’industrie minière en Guyane.


Habib Ayeb (Tunisie) : Géographe, enseignant-chercheur à l’université Paris VIII. Spécialiste de géographie sociale, ses recherches couvrent les problématiques liées à la souveraineté alimentaire, l’environnement, la marginalité et la pauvreté, les changements sociaux… Ses terrains de recherches portent principalement sur la Tunisie, l’Egypte et le Maroc.


 Wahid Ferchichi (Tunisie) : Professeur en Droit public Université de Carthage, Faculté des sciences juridiques, politiques et sociales de Tunis.


Amal Jrad (Tunisie) : Consultante en droit de l’environnement et développement durable (Tunisie). Jrad fait partie du Réseau Tunisie verte et coordinatrice du projet Green Climate Fund. 


Yassine Turki (Tunisie) : Urbaniste, enseignant-chercheur. Ses travaux portent sur l'analyse de l'évolution des instruments de l'action publique urbaine, notamment après la Révolution en Tunisie.


Francesco Bellina (Italie) : photographe documentaire. Son travail artistique se concentre principalement sur les questions sociopolitiques contemporaines, avec un accent particulier sur le thème de la migration.


Stefano Liberti (Italie) : journaliste et cinéaste publiant régulièrement des reportages dans des magazines italiens et étrangers. Son dernier livre est « Terra bruciata. Comment la crise environnementale change l'Italie et nos vies ». Son dernier documentaire est "Soyalism" (co-réalisé avec Enrico Parenti), diffusé dans des dizaines de festivals à travers le monde.




> >  A PROPOS DE BETWEEN LAND AND SEA



BETWEEN LAND AND SEA est une rencontre politique et un programme de productions artistiques et théâtrales originales développées et présentées entre Palerme (Studio Rizoma), Tunis (Festival Dream City) et Brême (Theater Bremen). Il crée la première collaboration artistique participative et à long terme entre les trois villes portuaires, agissant comme un pont entre l’Europe et le Maghreb et entre le Sud et le Nord de l’Europe.


BETWEEN LAND AND SEA engage plus de 50 artistes, travailleurs, chercheurs, migrants, pêcheurs, agriculteurs et citoyens de Palerme, Tunis, Brême, Beyrouth, New York, Abidjan, Berlin, Hambourg, Bruxelles, Da kar, Bamako pour examiner et réfléchir de manière critique aux connexions existantes entre les villes portuaires et leurs histoires entrelacées, liées par la migration et les commerces mondiaux.



> >  PROGRAMMATION ARTISTIQUE


En écho aux conférences du sommet BETWEEN LAND AND SEA, une programmation artistique a lieu : création et concert Rébétiko-Malouf de Nidhal Yahyaoui, performance et installation La Traversée de Rossella Biscotti, la vidéo Our Sea I: Choreography for a woman and a stone de Lily Abichahine, présentation du projet Gli Ultimi Pescatori de Francesco Bellina et le fruit du travail de workshop en scénographie de Decoratelier (Jozef Wouters et Menno Vandevelde).

Informations pratiques

Tourbet Sidi Boukhrissan

3 et 4 oct. 2022 de 10h à 13h et de 15h à 18h

Informations prix

Gratuit (accès libre dans la limite des places disponibles)

Partager

A lire aussi...